Rechercher
  • Lilie

YELLOWSTONE

Mis à jour : 2 nov. 2018

Nous prenons un petit déj et partons explorer Kalispell. Nous profitons de bosser un peu à la bibliothèque qui nous offre un poste de travail climatisé et du wi-fi gratos. Petite ballade dans les quartiers environnants où nous tombons sur un tournoi de Street Ball. Des moments tellement fidèles à cette image que nous avons des Etats-Unis. Fin de journée, nous conduisons 400 km pour nous rapprocher du parc de Yellowstone. Nous arrivons de nuit dans une ville qui s'appelle Butte. Etant donné le manque de lumière nous optons pour la solution de facilité et dormons de nouveau au Walmart en regardant le film Shining dont nous reconnaissons désormais la route. Le lendemain est assez productif. Appeler la famille, faire le plein, laver Prosper, faire la lessive. On se prépare pour la semaine à Yellowstone ! Nous rencontrons même un mexicain sur le parking de la buanderie qui est très intéressé par Prosper et nous l'invitons à le visiter. Nous prenons la route pour le Wyoming et il nous faudra juste quelques heures pour atteindre l’entrée nord du parc. Nous trouvons un endroit au bord de la rivière où nous soupons et savourons un bon apéro. Nous sommes entourés d’oies sauvages ainsi que d’un gros castor qui fait sa vie au bord de la rivière sans se soucier de nous. Nous nous levons assez tôt le matin pour rejoindre le parc et tentons notre chance dans un camping, ce sera plus simple. Le «Tower Falls» n’est pas plein. Nous obtenons deux nuits pour 30 $. Miracle. Nous prenons un bon petit déjeuner de champion et nous avons la chance d'avoir la visite d'un ours noir qui grignote des baies dans la rivière en contrebas. Enfin c'est la rencontre tant attendue ! C'est une belle entrée en matière ici à Yellowstone ! Nous profitons d'être posés au camping pour bosser sur nos photos, écrire et nous relaxer. On se rend compte que c’est assez rare de ne rien faire lorsqu’on voyage. Le plan du jour est de partir en fin de journée pour explorer la « Lamar Valley » qui regorge de vie sauvage. Nous soupons tôt et embarquons les trois dans Heidi pour le Safari. On est très vite récompensé par des centaines de bisons qui s'activent autour de nous. De multiples troupeaux plein de vie qui courent autour et sur les routes ! C'est le temps des amours, et les mâles expriment le désir qui les anime par un grognement bien particulier et des parades amoureuses. On se régale de ce spectacle unique jusqu'à la tombée de la nuit. Sur le chemin du retour, nous croisons un mâle qui marche tranquillement sur la route, il fait bientôt nuit noire, nous nous arrêtons donc à côté de lui pour le laisser déambuler à son aise et nous en profitons pour le filmer. Tout à coup, nous voyons des phares arriver en face de nous et la voiture semble rouler à vive allure. Nous essayons de les alerter à coup d'appels de phares et de klaxon mais en vain. C'est dans un cri d'effroi que ce pauvre bison se faire renverser juste à côté de nous. Sous nos yeux encore ébahis du beau spectacle. Le choc est instantané et la pauvre bête est éjectée sur le bas-côté de la route tel un insecte qui s'écrase sur un pare-brise. Nous sortons de la voiture sous le choc et voyons ce beau bison les quatre pattes en l'air. Son museau sanguinolant nous confirme qu'il est mort sur le coup malgré ses pattes qui bougent encore sous le choc. C'est dans un état émotionnel assez mixte que Lilie crie sur le chauffeur qui semble encore plus sous le choc. Les émotions s’entremêlent, après la colère, c'est un sentiment d'inquiétude qui nous gagne et nous nous assurons tous qu'il n'y a aucune victime dans la voiture venant en sens opposé. Les trois personnes sortent de la jeep encore étourdis mais aucun blessé. Le choc a été si brutal que seule la voiture et Giorgio (que nous avons ainsi baptisé après-coup) ne se remettront pas de cette collision. le conducteur de la jeep ayant une radio sur lui heureusement, les rangers arrivent vite sur la scène.

Nous témoignons par écrit des faits survenus et rentrons ensuite au camping encore ébranlés par cette événement. Nous décidons de trinquer à la santé de Giorgio avant de nous coucher en débrieffant sur les circonstances de cet accident. Au coucher, nous sommes toujours secoués et la nuit n'est pas très douce.

Le lendemain le plan est de retourner observer la vie sauvage au lever du soleil. Il fait encore nuit noire lorsque nous prenons la route pour aller nous poster. Il y a moins de bisons ce matin. Nous attendons donc patiemment que le soleil se lève et c’est un spectacle encore plus beau qui nous récompense. De retour au camping, nous prenons notre brunch et décidons de partir explorer le canyon du côté de Norris. C'est apparemment une jolie marche qui mène au fond du canyon. Le lieu est extrêmement fréquenté à cause de la grande chute d'eau juste à côté. Entre les bus de touristes, les touristes et leurs véhicules, c'est difficile de se déplacer mais nous savons que nous trouverons beaucoup moins de monde sur la rando, la plupart des touristes ne sont pas trop courageux et motivés pour marcher. La balade nous fait sinuer entre différentes vues sur le canyon et des forêts de résineux. Puis vient ensuite la grande descente qui nous emmène d'abord sur un terrain géothermique que nous avons tout le loisir d'observer de façon privée avec ses effluves d’oeuf pourri. C'est actif sous nos pieds ! L'aridité, les différentes couleurs et les fumerolles nous transportent dans un tout autre monde que nous apprécions paisiblement. La rivière n'est plus très loin et nous profitons de grignoter avant d'entamer la rude montée vers la forêt. Après une montée très rapide. L’appel de la douche est tellement fort que nous en oublions d'aller voir la superbe cascade. Le camping n’est pas équipé mais des douches sont à disposition dans un lodge. Quel bien après une semaine sans eau chaude ni savon. En sortant, nous apercevons Charlene et Anthony, nos voisins bretons du camping. Ils sont en train de prendre l'apéro sur les chaises à bascule de la terrasse du Lodge. Nous les rejoignons avec grand plaisir. Ils nous présente un couple d'amis de Nantes et l'apéro se passe en douceur. Nous rencontrons même deux américaines complètement pétées qui taillent la causette avec nous et nous font bien marrer. Nous repartons au camping pour souper. Les Français, quant à eux, réservent une table mais reviennent quand même avec nous au camping pour patienter les 45 minutes qu'ils ont devant eux. On sympathise bien, on boit un coup et quand ils partent, nous nous mettons à table avec Dylan et allons nous coucher tout de suite après. Quelle journée. Le lendemain, le voyant des freins est allumé et la roue arrière droite couine du tonnerre. Nous repartons sur Gardiner (entrée nord) pour faire contrôler Prosper dans un garage qui a l'air débordé. La secrétaire nous conseille un café et nous demande de repasser dans une heure, nous nous y rendons et savourons un petit déjeuner au « Wonderlands café » avant de retrouver Prosper qui n'a pas bougé d'un seul centimètre. Ils nous avouent à ce moment-là qu'ils ne sont pas sûrs d'avoir le temps de faire un contrôle. Nous retournons au Yellowstone et décidons de nous rendre au garage du côté de « Old Faithfull » en prenant le temps avant de visiter les « Mammouths Springs » qui nous font vaciller entre paysages de désolation et d’émerveillement. Un décor unique ! C'est avec prudence et inquiétude que nous roulons jusqu'à « Old Faithfull » où, par chance, il n'y a personne au garage. De plus, c'est un jeune homme bien sympathique qui nous fait un check-up de Prosper pour 53 $. Le verdict tombe, le frein arrière droit est complètement foutu mais le garagiste nous rassure en nous disant que 80 % du freinage est à l'avant et que nous pouvons attendre Denver pour les réparations sans problème. C'est donc super soulagés que nous sortons de ce garage. Nous profitons de la proximité du  « Visitor Center » pour aller à la pêche aux infos et lorsque nous arrivons, le grand geyser est prêt à faire son show (devant des centaines de personnes agglutinées). Ce soir nous devons dormir hors du parc, les campings sont pleins autour de nous alors nous soupons tôt et profitons de la fraîcheur du calme de la soirée pour aller observer les sites de Norris qui nous ébahissent au crépuscule. C'est de nuit que nous sortons du parc, traversons la partie ouest de Yellowstone et nous arrêtons sur une aire de repos pour y passer la nuit. Il fera très froid cette nuit là ! Nous nous rendons sur les sites sur-fréquentés très tôt le matin afin d’éviter la masse touristique. Ce sont des véritables spectacles en ce matin. Les différences extrêmes de température créent une masse de fumée incroyable. De pair avec le soleil levant, l'atmosphère qui règne est stupéfiante ! Nous découvrons des paysages uniques parsemés de geysers, d'eaux bouillonnantes, de fumerolles et autres activités géothermiques. Après avoir parcouru ces sites exceptionnels, nous nous arrêtons pour le petit déjeuner et nous prenons gentiment la route pour Grand Téton NP.