Rechercher
  • Lilie

GERALDINE

Mis à jour : 2 nov. 2018

Pour cette première journée dans le parc nous commençons par une rando qui est un peu hors des sentiers battus. C'est la jeune fille du visiteur Center qui nous l’a conseillée et nous devons d'abord conduire Prosper sur un chemin accidenté d’environ 5 km avant d'atteindre le départ du sentier. C'est ensuite 19,4 km aller-retour qui nous attendent. Le début de la rando est assez paisible et ombragé pour atteindre le premier lac puis ensuite c'est sous une horde de moustiques que nous longeons le lac jonché de passages boueux pour atteindre la première cascade. De là, nous débutons la première grosse montée menant vers un magnifique paysage où nous devons traverser de gros pierriers. Cela nous amène alors vers la deuxième cascade. Hélas nous nous apercevons que nous devons atteindre le haut pour pouvoir voir le deuxième lac. La montée est à pique et le terrain est assez glissant. Après une ascension périlleuse, il nous faut encore parcourir quelques kilomètres avant de découvrir le fameux lac Géraldine. Nous sommes alors seuls au monde entourés de gigantesques montagnes. Nous en profitons pour une baignade très revigorante en tenue d'Adam et pour un moment précieux à deux. Le retour s'est effectué sans difficultés et c'est avec une légère déception du manque de vie sauvage que nous terminons cette belle rando. Nous reprenons la route pour aller rejoindre la marche de demain au col Wilcox. La route qui nous mène à ce parking est absolument incroyable, plus nous avançons et plus nous découvrons ces fantastiques glaciers qui nous impressionnent par leur taille et leur nombre. Arrivés au parking, nous nous préparons un bon souper et allons nous promener vers le camping pour remplir nos bouteilles d'eau. Au retour, un ranger est parqué et semble prendre une pause près des panneaux d’information. Nous décidons d'aller lui demander des infos sur le col Wilcox qui contient une partie « offtrail». En effet, le chemin se prolonge jusqu'à des chutes qui se situent à environ 15 km du parking. Lorsque le ranger commence à parler nous réalisons vite que c'est un francophone, un breton d'ailleurs, et lui aussi cherche à se renseigner sur cette même rando. On lui demande aussi comment faire pour dormir lorsque les campings sont pleins. Il nous confirme que nous ne sommes pas autorisés à dormir ici. Cependant, il fermera les yeux pour ce soir. Un bon type cet Alex V. ! La nuit se passe bien et nous dormons sur nos deux oreilles.


Nous attaquons toujours les randonnées vers 7h du matin. Le col Wilcox n’échappe pas à la règle. La première ascension est assez douce et nous atteignons rapidement le col. Nous arrivons alors à une jonction qui nous indique que le chemin prolongé ne sera pas entretenu et que nous continuons à nos risques. Cette une magnifique steppe alpine que nous découvrons entre deux montagnes massives. Le panorama unique sur un des glacier est à couper le souffle. L’atmosphère est très spéciale. Nous ne savons absolument pas où va nous mener ce chemin et cela donne une dimension spéciale à ce lieu. En chemin, nous découvrons nos premiers Spermophiles, ou plus communément appelé petits chiens de prairie, qui peuplent ces Rocheuses. Nous sommes absolument seuls sur cette marche qui débouche bientôt sur une belle forêt avant de rejoindre les chutes Tangel. L’arrivée se fait directement sur un parking de la route principale. Cela devrait nous permettre de faire un peu de pouce sans peine. Par chance un couple d'australiens passe par là et nous ramasse sur leur chemin. Nous faisons un bon brin de causette et ils nous déposent près de Prosper. Nous poursuivons alors notre route jusqu'à la jonction de Saskatchewan River et, Ô joie Ô bonheur, un pub nous tend les bras. Nous faisons une petite sieste crapuleuse bien méritée et nous désaltérons ensuite avec une bonne bière pour Alex et une margarita pour Lilie. Le soir nous trouvons un joli coin au bord de la rivière où un couple de californiens avec leurs trois chiens et leur chat sont déjà installés. Nous discutons un petit moment avec eux puis après un bon souper nous rejoignons les bras de Morphée. Nous sommes en pleine vue de la route principale et cependant aucun ranger ne vient nous déranger. Il semblerait que les Canadiens soient un peu plus souples que les Etats-Unien d’après nos voisins. Nous aurons tout loisir de comparer une fois sur place …